Metromaton : le photomaton du métro

La jeune femme et l'enfant dans le métro

Chaque jour depuis plus de 5 ans, je prends le métro pour aller travailler. Souvent en heure de pointe, lorsque les rames sont bondées. Parfois aussi en journée ou le week end, lorsqu’il n’y a que quelques personnes éparpillées entre les sièges. C’est au cours de ces trajets que j’ai commencé à apprécier le métro. A observer les petites scènes du quotidien. Celles qui nous font esquisser un sourire, bien loin de nos grimaces des heures de pointe. C’est aussi de cette manière que l’idée a germée. Qu’elle a grandi petit à petit dans mon esprit. Jusqu’à ce que je prenne mon courage à demain. Ou plutôt mon Yashicaflex et quelques TriX d’avance.

Un jour, je me suis lancée. Je suis descendue dans les couloirs du métro en observant tout à travers le viseur du Yashicaflex. Et j’ai vu. D’abord dans les couloirs, ces anonymes qui transitent, avancent le long du quai sans prendre conscience des autres, de ceux qui les entourent. Ces escaliers abruptes, ces quais désertés entre deux passages de train. Et peu à peu, j’ai osé photographier les gens. Les surprendre au moment où leurs pensées s’égarent, où ils sont plongés dans un livre, un journal, ou en pleine conversation. A mon tour, j’ai posé un regard particulier sur ces anonymes et je les ai trouvé attachants, beaux, humains. J’ai commencé la série « Metromaton : le photomaton du metro » de cette manière…

metro-argentique013 metro-argentique015 metro-argentique016 metro-argentique018 metro-argentique020 metro-argentique023 metro-argentique032 metro-argentique032 metro-argentique051 metro-argentique052 metro-argentique057 metro-argentique058

Toutes les photographies sont réalisées au Yashicaflex, sur film négatif noir et blanc Kodak TriX 400 et les scans sont bruts.


Laisser un commentaire