Une journée à la pêche

Au bord de la rivière

Ce week-end, nous sommes partis dans l’Est, chez les parents du charpentier, à côté de Nancy. On aurait bien voulu rester au vert les 3 jours de ce grand week-end, mais je travaillais lundi (comme à priori peu de gens…).

Depuis qu’on avait pris nos billets de train, le charpentier croisait les doigts pour qu’il fasse beau, en espérant pouvoir aller pêcher. Il avait même appeler son parrain une semaine avant, pour qu’il lui prépare les cannes et les appâts. De mon côté, je surveillais aussi la météo, histoire de pouvoir prendre l’air au milieu de la verdure, à côté de la rivière.
Et puis finalement, ce qui devait être une matinée de pêche pour le charpentier et quelques heures à prendre des photos de l’environnement pour moi, c’est transformé en une journée de pêche pour tout le monde.
Après une petite demie heure à me balader sur le bord de la rivière, à dire bonjour aux vaches, à observer la nature et les fleurs, j’ai fini par rejoindre le charpentier sur son banc. De fil (de pêche !) en aiguille, il a sorti une canne pour moi aussi et on a pêché au calme, tous les deux. C’était reposant, apaisant, calme. C’était un moment vraiment agréable, ponctué par les visites du parrain et de sa femme.

Le pêcheur
Le charpentier a fait preuve de beaucoup de patience avec moi (qui en est un peu dépourvue !). Poisson après poisson, il m’expliquait comment sortir l’hameçon de la bouche du poisson, sans le blesser. Ou encore comment accrocher l’asticot au bout de la ligne. Ou bien en me montrant des dizaines et des dizaines de fois le petit mouvement à faire lorsque le poisson mord l’appât. Il m’a tellement aidée, qu’au final, j’ai pêché plus de poissons que lui !
L'arbre et la verdure La barque retournée
Les boutons d'or
Et puis on a ri aussi. En voyant la fameuse barque sur laquelle je m’étais blessée l’année dernière. En se rappelant comment j’ai gagné cette cicatrice dans la paume de la main, en essayant de lui éviter de tomber à l’eau alors que la barque basculait dans la rivière. En se promettant encore que la prochaine fois, je le laisse tomber à l’eau.
La cabane cachée dans l'arbre Le chardon
On a quitté le bord de la rivière en fin d’après-midi, lui avec les mains qui sentaient la vase à force de prendre les poissons, moi avec le nez, les joues et le cou rouges d’avoir pris le soleil. Bref ce samedi-là, on a pris notre temps, ensemble, et on a profité de cette nature qui nous manque tant à Paris.
Coccinelle

2 thoughts on “Une journée à la pêche

  1. C’est le type de paysage qu’on trouve dans la province, on ne se rend pas toujours compte de la chance qu’on a de pouvoir s’y balader et d’organiser des journées de ce type à notre guise.

Laisser un commentaire