#Lecture : Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier de Patrick Modiano

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier de Patrick Modiano

Quand j’étais encore au lycée, je lisais déjà beaucoup. Et mes achats de livres n’arrivant pas à couvrir ma soif de lecture, je suis rapidement allée à la bibliothèque du village où je vivais. Petit à petit, je me suis liée d’amitié avec les petites grand-mères qui tenaient le lien, en leur expliquant le fonctionnement de l’ordinateur un peu archaïque, en les aidant à porter les livres reçus en dons. Je passais énormément de temps là-bas, dans les rayonnages. J’y allais même pour tenir la bibliothèque avec elles le dimanche matin. C’était un petit plaisir et un petit moment sympathique. J’en profitais pour discuter avec les habitués et les conseiller.

Et puis parfois, c’était le petit groupe des grand-mères qui me conseillait. C’est comme cela que j’ai découvert Fred Vargas, ou encore Patrick Modiano. Pour ce dernier, après avoir lu un premier opus, j’ai tellement adoré le style, la douce nostalgie qui émane de ses écrits, que j’ai dévoré en quelques mois tous les autres titres que j’avais trouvé à la bibliothèque.

Quand j’ai vu qu’un nouveau roman de Modiano était sorti en 2014, et qu’il était même Prix Nobel de Littérature, je me suis jetée avec le même appétit que lorsque j’étais adolescente. Et je me suis à nouveau immergée dans cette nostalgie, ce Paris que je connais bien maintenant (surtout un des quartiers détaillé dans le roman). J’ai aimé retrouver l’écriture de Modiano, mais j’avoue avoir été un peu déçu de la fin de l’histoire.

Alors qu’il se coupe peu à peu du monde, Jean Daragane, écrivain, est contacté par un couple d’inconnus qui aurait retrouvé son carnet d’adresses perdu quelques semaines plus tôt. Daragane les retrouve dans un café et se retrouve plongé malgré lui dans son propre passé, qui le relie à un certain Guy Torstel et sur lequel le couple enquête.

Mes notes :

  • Qualité de l’écriture : 5/5
  • Plaisir à la lecture : 4/5
  • Originalité du livre : 4,5/5

Laisser un commentaire